Un effet ultime exige une cause ultime

Voici quelque chose que
j’ai écrit aujourd’hui, le 30 juin 2010.  Je viens de terminer le troisième jour de mon
cours semainier de la Philosophie Chrétienne, alors j’essaie utiliser un outil de
raisonnement de quoi j’ai appris afin de montrer comment la Créationnisme est
logique par le raisonnement.  Je ne crois
pas qu’on peut raisonner la Christianisme (c’est-à-dire que je crois que la
Révélation Spéciale (la Bible, etc.) est le seul moyen pour arriver au Ciel;
pourtant, je crois que la Révélation Générale (le raisonnement, la nature,
etc.) est assez de montrer que Dieu existe.) 
Bien que cet œuvre ne prouve pas le Dieu du Christianisme, il ouvre la
porte à la croissance d’un Créateur.  S’il
y a des erreurs dans mon méthode, c’est bien possible que c’est une faute d’application
de ce que je viens d’apprendre de mon cours en lieu d’être une erreur des
méthodes que je viens d’apprendre cette semaine.  La raison que je n’utilise pas beaucoup des
sources, c’est que j’essaie d’une point de vue du raisonnement en lieu de la
science.

Un effet ultime exige
une cause ultime

Écrit Par:  Jeremy Woods



Préface

Je ne suis
pas scientiste, malgré que je voulais avoir comme matière secondaire la
biologie; je ne suis pas prédicateur, malgré que je m’installerai dans la
ministère; je ne suis pas philosophe, malgré que j’aime la philosophie.  Je ne suis qu’un étudiant séminaire qui
étudie les missions et qui s’intéresse dans la philosophie et dans la
science.  Même quand je reçois un diplôme
de mon séminaire, cela ne me donnera pas la crédulité aux non-croyants sauf que
pour le fait que j’ai étudié la Bible en lumière du monde où j’habite.  En obtenant ce diplôme, je risque ma vie dans
l’étude de la Théologie, même que des gens peuvent discréditer mon avis.  Cependant, pour recevoir ce diplôme, je ne
dois pas oublier la raison.  En effet, la
raison peut facilement devenir un outil pour mieux comprendre ce monde dont
nous vivons.  En obtenant ce degré, je m’applique
à la raison, aux théories, et à la croyance pour atteindre les conclusions que
je découvre.

Si je
serais en train de recevoir un degré dans le domaine de la science, l’étude du
monde dont nous habitons, je m’appliquerais à la raison et aux théories afin d’atteindre
les conclusions que je découvrais.  En
plus, le champ de la science est quelque chose que personne ne pourrait
maîtriser, alors mon éducation ne serais pas accomplit si je me maîtriserais
aux sciences.  Cependant, s’il n’y a pas
d’espace pour un Être surhumaine dans mon éducation, j’aurais exclu un facteur
dans mes recherches qui pourrait être un outil pour atteindre une
conclusion.  Je ne dis pas que la raison
et que les théories ne peuvent pas prouver l’existence de Dieu; je dis que si
je ne suis pas libre de comprendre qu’il y a la possibilité d’un Être
surhumain, j’éliminerais un outil qui peut m’y emmener plus vite.

En écrivant
cet œuvre, j’essayerai la cause et l’effet pour démontrer comment la raison
peut prouver la possibilité d’un Être surhumain, de qui j’appellerai « Dieu »
pendant la durée de cet œuvre, sinon autrement indiqué.  En utilisant la théorie du « Big Bang, »
je montrerai comment cette théorie exige la croyance d’un Dieu en utilisant le
raisonnement de la cause et l’effet.

                       



La théorie du « Big
Bang »

            À travers plusieurs projets et beaucoup des années dans
la recherche, les scientistes se sont arrivés à la conclusion qu’un « Big
Bang » s’est passé pour créer le monde. 
Donc, la question, c’est de se demander si cet événement était une cause
ou un effet.  Utilisons la raison
maintenant pour explorer la possibilité d’un tel événement d’avoir devenu le
commencement ultime de toutes choses.

            Pendant
un orage, il y a un phénomène très important qui se passe : une cause et
un effet (un événement suit par un son). 
L’éclaire, après du dictionnaire Larousse « Lueur très vive,
traduisant visuellement la décharge d’électricité atmosphérique, lors d’un
orage » (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/%C3%A9clair).  La tonnerre d’après la même source, est « Bruit
de la foudre, c’est-à-dire de la décharge électrique dont l’éclair est la
manifestation lumineuse » (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/tonnerre).
Si la possibilité de ces deux définitions ayant tort était même possible, ce
serait la responsabilité de ceux qui le mettait à la défi ces deux définitions
de le prouver autrement.  Serait-il
raisonable, donc, de rebâtir ces définitions? 
Pensons à l’ordre d’événements afin de les défier raisonnablement.  Quand il y a un orage, les humains voient le
foudre avant d’entendre le tonnerre.  La
vitesse du son est 340.29 mètres par seconde, et la vitesse de la lumière est
299,792,458 mètres par seconde.  Donc, la
vitesse de la lumière est 880,991.09 fois plus rapide de la vitesse du
son.  (Cet illustration est incomplet en
ce moment parce que je le calcule toujours; pourtant, le point principale, c’est
que le foudre est la cause du tonnerre, pas à l’inverse, et ce théorie est
montré partout dans la nature et dans les autres relations de la cause et l’effet.)

 

            Afin
d’affirmer que quelque chose est une cause ultime, ces deux choses suivantes ne
peuvent pas être possible :  la
cause n’existait pas dans quelque manière et la cause était causé par quelque
autre chose.  Dans ces deux cas, la cause
serait un effet parce qu’elle était crée.  Donc, par le raisonnement, ce serait impossible
que cette « cause ultime » aurait été la cause de toutes choses
puisqu’elle était soit crée soit crée par soi-même.  La logique ne tient pas que quelque chose peut
créer soi-même, alors il ne suit pas la logique de tenir la croyance qu’une
cause n’avait point cause si elle n’existait pas dans quelque manière.  Donc, ce n’est pas logiquement cru d’être l’origine
de tout l’univers.  Aussi, si la « cause
ultime » était crée, il y a une cause qui l’a crée, niant son affirmation comme
cause ultime.  Si ces deux affirmations
sont autrement prouvés, cela nous laisse deux autres options possibles :  soit une cause ultime qui n’a jamais été crée
(autrement dit, elle a toujours existé) soit il n’y a point cause ultime parce
que l’objet soi-même est la cause ultime.

            Dans
le contexte des origines de l’univers, cela nous dit qu’il y avait soit une
cause ultime pour les origines de l’univers, soit l’univers a toujours
existé.  La connaissance scientifique
semble prouver que l’univers avait un commencement.  La croyance la plus populaire des origines de
l’univers, qui est tenu par les scientistes, est la théorie du « Big Bang. »  La définition du « Big Bang » est « Événement
assimilable à une gigantesque explosion, qui serait à l’origine de l’expansion
de l’Univers ; théorie cosmologique décrivant l’évolution de l’Univers
consécutive à cet événement » (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/Big%20Bang).  Encore une fois, comme montré avec l’illustration
du foudre et du tonnerre, c’est à ceux qui défient le définition de réfuter la
théorie scientifique.  Pourtant, je ne
suis pas ici pour réfuter la théorie du « Big Bang » en entière; je
suis ici simplement pour vous montrer que la théorie du « Big Bang »
ne se prouve pas d’être le commencement de l’univers; ce serait aussi
facilement une méthode utilisé par la cause ultime et à même temps être aussi
puissant que la théorie étant la cause ultime.

            Premièrement,
examinons la théorie du « Big Bang » en tant qu’effet de la cause
ultime et voyons comment elle pourrait être aussi puissant que l’affirmation qu’elle
soit la cause ultime.  Puisque le « Big
Bang » est un événement en lieu d’un être, il y avait un temps dans le
passé qu’il n’existait point.  Le ligne
suivant montre une illustration d’un de ces deux processus qui était utilisé
par le « Big Bang » : 

La flèche dans la ligne au-dessus montre le « Big
Bang » comme une partie de la ligne, et le point de la flèche sur le côté
droit montre que la ligne dure à jamais. 
Ce n’est pas la croyance commune dans la science, alors c’est peut-être
facilement réfuté par la science moderne. 
D’après la plupart des scientistes, il paraît que l’univers, ou au moins
la terre, n’existerai à jamais.  L’illustration
suivante montre la théorie scientifique la plus commune : 

Dans la ligne au-dessus, il n’y a pas de flèche
parce que, d’après des scientistes, l’univers a été crée et n’existerai plus
dans un temps inconnu au futur.  Donc, il
n’y a pas de continuité dans l’existence de l’univers.  Puisqu’il a été crée par le « Big Bang »,
il terminera probablement dans l’inverse d’un « Big Bang » d’après de
la science moderne.  Il y a plusieurs
théories et noms pour cette idée, alors ce n’est pas quelque chose que je vais
discuter dans cet œuvre.

            Il
y a une autre possibilité pour les origines de l’univers.  C’est la théorie qu’un Être éternel (ce qu’on
appellera Dieu dans cet oeuvre) a crée l’univers en entière.  L’illustration de cette théorie est suivant : 

L’illustration au-dessus montre que l’Être
éternel n’a jamais ni un commencement ni une fin.  Ainsi que cette théorie, c’est généralement
tenu que ce Dieu a crée l’univers en entière et que ce Dieu va détruire cet
univers.  Il y a de la logique dans cette
théorie-ci parce que ce Dieu serait éternel et n’aurait point commencement ou
fin, qui n’a pas d’ingérence avec la logique et avec la raison.  Ainsi que cette théorie, c’est tenu que le
Dieu a causé l’existence de l’univers à travers d’un « Big Bang ».  Ce n’est pas exactement pas la même que la
théorie scientifique; pourtant, il n’y a pas d’exigence que le « Big Bang »
soit l’origine de l’univers si ce n’est pas la cause ultime et si c’est, donc,
un outil utilisé pour causer l’effet de la cause ultime.  Si la théorie « Big Bang » serait
vérifiée, selon mes deux illustrations, quelqu’un devrait aller contre soit la
raison (à cause de l’improbabilité que la cause soit au hasard) soit la
connaissance scientifique actuelle (puisqu’il y a une raison à croire que l’univers
tient un commencement et une fin).  Ce n’est
pas contre la raison et contre la science d’affirmer que l’univers était crée
par Dieu parce qu’il y a une continuité de l’existence de Dieu et parce que la
science ne peut pas réfuter l’existence de Dieu.



Conclusion

            Comme
j’ai auparavant mentionné, je n’ai aucun problème avec la théorie du « Big
Bang » dans son sens le plus général; pourtant, j’ai un problème avec la
théorie étant la cause ultime de l’univers. 
Ce n’est pas logique de tenir la vue que c’est la cause ultime.  La raison principale, c’est que le seul moyen
pour que le « Big Bang » soit la cause ultime est par la création
aléatoire de l’univers.  Si quelque chose
a causé le « Big Bang », étant plus raisonnable et plus logique, le « Big
Bang » ne peut pas être vue comme la cause ultime de l’univers; donc le « Big
Bang » devient un outil que la cause ultime a utilisé pour créer l’univers.

 

Mes propres définitions :

La cause
ultime :
  La cause de quelque chose qui n’a pas de
cause hors de soi-même; toutes choses sont crées par cette cause, et donc,
cette cause n’a pas une cause.

Le « Big
Bang » (le sens scientifique) : 
La vue
tenu par la science comme «
la cause ultime » de l’univers.  Dans cette théorie, l’univers a été crée par
une explosion, qui a crée un univers simplifié qui est éventuellement devenu l’univers
d’aujourd’hui.  Aussi à travers cette
théorie, l’univers s’étende et il va probablement rétrécir et peut-être
disparaître comme il s’est apparu.  Dans
cette théorie, il y a plein de variations, mais c’est celui que j’utilise dans
cet œuvre.

Le « Big
Bang » (celui que j’accepte, peut-être) :
  Le « Big
Bang » était l’outil utilisé par le Créateur de l’univers.  Ce n’est pas
la cause
ultime
de l’univers,
puisque le Créateur est
la cause ultime de l’univers, mais c’est aussi
valable en générale que le « Big Bang » scientifique parce qu’il n’y
a pas d’explication dans la Bible pour expliquer le méthode que Dieu a utilisé
pour créer l’univers.  L’univers pourrait
été causé par un explosion que Dieu avait utilisé; ce terme peut être considéré
comme
le « Big Bang » mais, d’après cette théorie, ce n’est pas la
cause ultime
.

Publicités
Cet article a été publié dans la Philosophie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s